« 1946-1996, la joyeuse saga des Canaris » : un film consacré à la JSK projeté en avant-première

Un film-documentaire de 90 mn réalisé par Abdarrazak Larbi Cherif, consacré à 50 ans de gloire des Canaris, a été projeté hier en avant-première à la maison de la culture Mouloud Mammeri,  devant un public composé d’anciens joueurs et cadres de la JSK, de l’actuel président de ce club Cherif Mellal, de supporters et d’artistes de la  région.

« 1946/1996 : La Joyeuse Saga des Canaris », est un film consacré à une période où les canaris dominaient le football national et africain. Le film s’ouvre sur des témoignages et des scènes d’archives de victoires de l’équipe et de liesse des supporters, raconte comment la JSK est née pour faire face à un déni que subissait les footballeurs algériens au sein de l’équipe crée par l’administration coloniale de l’époque, à savoir l’Olympique de Tizi-Ouzou (OTO), composée essentiellement de Français.

Née dans ce contexte, le destin de la JSK est tout tracé, celui de porter haut le football algérien et la voix d’une région révoltée contre le mépris de l’administration coloniale.  Devenu un élément rassembleur de toute une région, c’est naturellement que ce club à endossé à partir des  années 1970, la revendication identitaires amazighe, témoignent d’anciens  joueurs dans le film en soulignant qu’ils n’avaient « fait que leur devoir ».

Quelques anecdotes, justement dosées, agrémentent le documentaire construit de témoignages de ceux qui ont fait de la JSK un grand club et d’artistes, dont Matoub Lounes et Lounis Ait Menguellet, ainsi que d’autres personnalités de la région.

La projection a été ponctuée d’applaudissements de la part de l’assistance, nostalgique, exprimant ainsi sa reconnaissance à ceux qui ont fait de la JSK un grand club de football et sa satisfaction quant au travail fait par le réalisateur. Ce dernier a eu droit une standing-ovation, à la fin de la projection.

Lors des débats qui ont suivi la projection des anciens joueurs ont relevé quelques omissions, notamment des noms qui n’ont pas été cités, comme l’a signalé Mouloud Iboud qui a rendu un vibrant hommage au réalisateur pour ce documentaire « réussi » même s’il y a « quelques oublis ».

De son côté, l’actuel président de la JSK Cherif Mellal a salué le travail du réalisateur qui « nous encourage à fournir des efforts pour continuer à écrire la légende de la JSK. Ce film est, pour nous, une occasion de nous ressourcer pour poursuivre le travail de nos ainés et essayer de faire comme eux sinon mieux ».

Pour sa part, le réalisateur Aderrazak Larbi Cherif a indiqué déclaré qu’il était « très content de la forte présence et de la réaction du public à son film », ajoutant qu’il a pris acte des observations faites par d’anciens joueurs concernant quelques oublis, ce qu’il compte corriger.

Concernant la diffusion de ce documentaire il a fait savoir qu’il compte entamer des démarches auprès des services compétents pour lui assurer une large audience. « Mon souhait est que ce film soit vu dans toute l’Algérie », a-t-il dit.

 

Source: Cliquer ici

PARTAGER