Ali Haddad : « Je n’ai aucun problème avec Sellal, ce qui s’est passé est un simple incident »

Au troisième et dernier jour du forum africain d’investissements et d’affaires, Ali Haddad a animé un point de presse.

Attendu surtout pour donner plus d’explications notamment par rapport à la sortie précipitée de Abdelmalek Sellal et des membres du gouvernement de la salle des conférences, à l’ouverture des travaux, Ali Haddad a préféré s’en tenir à la version de « l’incident protocolaire », faisant porter le chapeau à la speakerine des Affaires étrangères qui a, selon lui, chamboulé l’ordre de passage des intervenants. 

«Ce n’est pas de ma faute si j’ai pris la parole avant Lamamra», s’est-il justifié. «On s’excuse, c’est notre première expérience, mais c’est immense ce que nous venons de faire, c’est une grande réussite pour l’Algérie», dit-il en admettant effectivement des «cafouillages» dans l’organisation des travaux.

Au sujet de ses relations avec Sellal, Ali Haddad, est on ne peut plus formel : «Mes relations avec Sellal sont excellentes, je n’ai aucun problème avec lui, ni avec aucun membre du gouvernement», assure-t-il.

Quid alors de l’absence de Abdeslam Bouchouareb, le ministre de l’industrie, concerné au premier chef par ce forum? «Il n’a pas pu venir, il est alité», a tenté de convaincre le patron des patrons algériens, visiblement agacé au plus haut point par le pataquès du premier jour.

«Pas de problèmes, le plus important est que ce forum ait eu lieu, malgré les lacunes, pas moins de 100 accords vont âtre signés, la personne d’Ali Haddad n’est pas importante, c’est l’Algérie qui compte», insiste t-il. 

Au sujet du financement du forum, un aspect qui a donné lieu à des spéculations, Haddad a avancé le chiffre de 600 millions de dinars qui serait le coût de l’organisation. 

«C’est un chiffre approximatif, mais nous allons vous donner les détails dans une semaine», promet le patron du FCE, qui a tout de même donné l’apparence d’être gêné aux entournures.

Car quand bien même il a tenté de minimiser «l’incident protocolaire», l’image du pays en a bien pris un coup dans ce forum censé justement promouvoir le redéploiement stratégique de l’économie algérienne dans le continent africain.    

source:www.algerie1.com

PARTAGER