Algérie : l’Armée lorgne les entreprises publiques

Selon des informations relayées par le site proche des cercles du pouvoir  » Algérie patriotique « , la Société Nationale des Véhicules Industriels (SNVI) devrait prochainement passer sous pavillon militaire.

L’Algérie prendrait elle le chemin de l’Égypte dans la gestion de ses entreprises publiques en permettant à l’armée de s’y engouffrer dès qu’une brèche apparaît ? Cela devrait être le cas pour la SNVI. Autrefois fleuron de l’industrie des véhicules industriels, la société publique est censée être rattachée à la Direction des fabrications militaires du ministère de la Défense nationale.

Présente dans la région de Tiaret via (SAFAV-MB), une joint-venture lancée avec le géant allemand de l’automobile Daimler (Mercedes Benz)l’Armée Populaire Nationale (APN) entend consolider son action au près de la SNVI afin de redynamiser ses activités. Dans le même temps, l’armée tente de tirer profit du  » succès enregistré par cette unité qui alimente, en plus des corps constitués, les entreprises publiques et même les particuliers. » D’après la même source, elle prévoit, à termes, de transférer de toutes les activités de la SNVI vers la Direction des fabrications militaires du ministère de la défense.

Partenaire historique de l’armée, la SNVI a sombré dans le marasme économique depuis quelques années. A l’instar de nombreuses entreprises publiques, elle a été victime de la faillite de système économique algérien après l’effondrement du communisme. Employant 5862 personnes, la société est maintenue sous perfusion financière étatique permanente. En 2015, elle faisait l’objet d’un plan d’urgence décidé par le ministère des industries et des mines afin de soutenir son développement.

In ecomnewsmed.com

PARTAGER