Des chercheurs algériens mettent au point une nouvelle technique de production de silicium

vue de panneaux photovoltaïques d'une "Maison pour Agir", le 1er avril 2010 près du musée du Louvre à Paris, dans le cadre d'une exposition itinérante et du lancement de la Semaine du Développement Durable. Conçue sur une idée de Michel Chevalet, journaliste scientifique, "Ma Maison pour Agir" est une maison de 80 m2, pour un coût moyen de 100.000 euros. AFP PHOTO FRANCOIS GUILLOT
vue de panneaux photovoltaïques d’une « Maison pour Agir », le 1er avril 2010 près du musée du Louvre à Paris, dans le cadre d’une exposition itinérante et du lancement de la Semaine du Développement Durable. Conçue sur une idée de Michel Chevalet, journaliste scientifique, « Ma Maison pour Agir » est une maison de 80 m2, pour un coût moyen de 100.000 euros. AFP PHOTO FRANCOIS GUILLOT

Des chercheurs algériens mettent au point une nouvelle technique de production de silicium

par Yoann Hervey

Des jeunes chercheurs algériens développent actuellement au Japon une nouvelle technique de production de silicium au profit de l’université des Sciences et de la Technologie d’Oran Mohamed Boudiaf.
Quatre jeunes chercheurs algériens de l’Université d’Hirosaki (Japon) travaillent actuellement à la mise au point d’une nouvelle technique de production de silicium dans la cadre d’un partenariat académique nippo-algérien, a annoncé le 28 février à Oran le manager du programme « Sahara Solar Breeder », le Pr Amine Boudghene Stambouli.

Dirigé par le Pr Kenji Itaka, inventeur du premier four à induction dont a bénéficie, en juin 2015, l’Université de Sciences et de la Technologie d’OranMohamed Boudiaf (USTO-MB), ce travail scientifique devrait au final aboutir au montage d’un nouvel équipement au profit de l’USTO-MB a précisé le Pr Amine Boudghene Stambouli.

« Le futur équipement attendu par l’USTO-MB se distinguera par une meilleure performance, offrant un niveau inégalé de pureté de silicium », a fait valoir Pr Stambouli qui a récemment participé au dernier Workshop international sur le programme SSB qui s’est tenu du 21 au 24 février à l’Université de Tsukuba (Japon).

Une précédente étude de faisabilité

Le manager du programme Sahar Solar Breeder – littéralement « élevage de stations solaires » – a déjà permis en 2015 l’élaboration d’une étude de faisabilité d’un projet de production d’électricité à partir du Sahara et de son acheminement vers le nord du pays via des câbles supraconducteurs.

Cette étude de faisabilité repose sur le captage des rayons solaires par des panneaux photovoltaïques dont le composant essentiel est le silicium, matière première présente dans le sable et dans la roche dite « diatomée » contenue dans le gisement de Sig, au nord-ouest du pays.

source:Ecomnesmed

PARTAGER