Des équipements de Cevital séquestrés par l’administration / Quand un fonctionnaire des douanes outrepasse une indécision de justice

Issad Rebrab accuse une nouvelle fois cette main invisible qui œuvre pour nuire à Cevital et certaines de ses filiales. Seulement cette fois, le patron du premier groupe privé algérien apporte la preuve irréfutable de cette cabale et de cet acharnement de l’administration à bloquer certains de ses projets.

« Le receveur des douanes de Boumerdes refuse d’appliquer un jugement exécutoire qui donne raison à EvCon Industry. Quelle est donc cette main invisible qui instrumentalise la douane pour nuire à Cevital et à certaines de ses filiales ? », s’est interrogé  Issad Rebrab, reprenant un tweet du compte officiel du Groupe Cevital.

Advertisement

Le blocage des projets du groupe Cevital ne se résume donc plus à son projet de trituration des graines oléagineuses de Bejaia. Ce blocage se conjugue désormais au pluriel s’étend aux autres filiales de son groupe. Cette fois-ci, c’est son unité de production de l’eau ultra pure de Blida qui est visée, a-t-on rapporté.

L’une des filiales de Cevital, en l’occurrence la compagnie, EvCon Industry s’est vue saisi une machine de production de membranes essentielle au bon fonctionnement de ses activités. Cette machine a été retenue par la douane et pourtant, EvCon Industry a fourni une décision de justice. Un jugement exutoire ordonnant sa restitution immédiate !

Lors de son passage, récemment, sur l’un des plateaux de la chaîne de télévision publique française France 24, Issad Rebrab a eu à répondre à des questions ayant trait à la situation politique en Algérie, mais également au blocage de certains de ses projets.

Répondant à la question de savoir qui dirige l’Algérie, M. Rebrab a évoqué cette même « main invisible »  qui bloque ses projets. Il s’agit, selon lui, d’oligarques qui profitent des largesses du système rentier. « Il n’y a que 5% à 10% de la population qui veut la continuité», avait-il martelé.

voir source

PARTAGER