Elle accuse Philippe CaubA?re : A�Ces violences hantent mon existenceA�

Solveig Halloin, la femme qui a portA� plainte pour viol contre le comA�dien et metteur en scA?ne Philippe CaubA?re, nous confie ses difficultA�s A� porter plainte et son long travail de reconstruction.

Solveig HalloinA�a A�tA� entendue pendant plus de cinq heures ce jeudi par la police judiciaireA�de Toulouse aprA?sA�sa plainte pour A� viol A� contre le comA�dienA�et metteur en scA?ne Philippe CaubA?re. Le 16 avril dernier, le parquet de Paris avait ouvert une enquA?te prA�liminaire. La quadragA�naire accuse Philippe CaubA?re de la��avoir violA�e, en mars 2010, dans une chambre da��hA?tel A� BA�ziers (HA�rault). Elle dit aussi avoir A�tA� frappA�e, A�tranglA�e et humiliA�e.A�Philippe CaubA?re, qui reconnaA�t une relation consentie, a portA�A�plainte pour diffamationcontre sa victime prA�sumA�e. Solveig Halloin nous confie ses difficultA�s A� porter plainte et nous parle de sa lente reconstruction.

Comment sa��est dA�roulA�e votre audition ? Pourquoi avoir dA�cidA� de porter plainte 8 ans aprA?s les faits ?

SOLVEIG HALLOIN.A�Pour porter plainte il faut avoir les forces. Ja��attendais que da��autres victimes le fassent. Cela fait des annA�es que je veux porter plainte, ja��ai franchi plusieurs A�tapes de reconstruction pour y arriver. La sociA�tA� verrouille cette parole de mille faA�ons et cela continue aprA?s le dA�pA?t de plainte. Ca��est le courage des autres femmes qui me porte, et ca��est parce que je dois A�viter qua��il puisse continuer A� agir.

Qua��est-ce qui vous fait croire qua��il pourrait y avoir da��autres victimes ?

Parce que Philippe CaubA?re ne sa��en cache pas et je la��ai longuement relatA� dans ma plainte ! Il me dA�crivait des heures durant ses agissements avec moult dA�tails et les noms de ces femmes. Plusieurs da��entre elles ma��ont dA�jA� contactA� suite A� ma plainte, il appartient A� chacune de dA�cider de tA�moigner. Les lire est pour moi un immense soulagement en mA?me temps qua��une peine. Ja��espA?re de tout mon A?tre que beaucoup trouveront le courage de tA�moigner, de faA�on anonyme ou pas, en portant plainte ou pas.

Pourquoi avoir suivi Philippe CaubA?re dans sa chambre da��hA?tel alors que vous aviez dA�jA� une mauvaise expA�rience avec lui ?

Ja��admirais beaucoup le comA�dien et cette admiration A�tait un terrain propice A� une manipulation de sa part. Il ma��a fait croire A� une passion amoureuse et je la��ai naA?vement cru mais il A�tait uniquement en train da��effectuer le fameux A� grooming A�A�(NDLR : cette pratique consiste A� se dissimuler derriA?re une fausse identitA� sur les rA�seaux sociaux, afin da��entrer en contact plus facilement avec da��autres)a�� Sa manipulation a A�tA� totale, il a usA� de techniques de harcA?lement moral trA?s prA�cises qui ont cassA� mon intA�gritA� : dA�valorisation, culpabilisation, menaces de mort, volontA� de ma��isoler, chaud\froid, victimisation permanentea�� Les heures da��endoctrinement au tA�lA�phone, de rA�cits qui rA�itA�raient des chocs en cascades.

Ca��est-A�-dire ?

Juste avant de me battre et de me violer, il a simulA� un malaise qui ma��a beaucoup inquiA�tA� dans le couloir de la��hA?tel. A� A�a va ? Lui ai-je demandA�. Tu as mal quelque part ? A� Il ma��a rA�pondu : A� Putain, je suis amoureux A�. Dire A� Je ta��aime A� avant de pratiquer des violences fait partie da��un mode opA�ratoire trA?s rodA�a�� La��A�tat de dissociation pour ne pas dire da��aliA�nation ultime dans lequel me mettaient ses agissements est encore maintenant un souvenir douloureux. Il utilisait les mots du registre affectif pour nommer ses gestes da��une violence totale, ce procA�dA� pervers ma��a dA�truite. Il ma��appelait A� Salope, maman ! A� quand il A�tait en train de ma��anA�antir.

Avez-vous parlA� de votre viol A� des proches ?

Oui, le choc traumatique de toutes ces violences perverses hante mon existence. Ja��en parle de faA�on rA�currente depuis 8 ans, la question na��est pas A� qui ja��en parle mais qui A�coute. La rA�action de mes interlocuteurs est absolument fondamentale. La premiA?re femme A� qui ja��ai racontA� ma��a dit : A� Et vous na��avez pas portA� plainte ? A� Cette phrase, prononcA�e il y a 8 ans, non seulement ma��a sauvA�e mais ma��a permis de porter plainte aujourda��hui.

Avez-vous fait appel A� des praticiens ?

La liste de mon parcours de soins est longue : cercle de parole dans un centre de violences faites aux femmes, shiatsu, psychothA�rapies, psychanalyse, yogaa�� Ce qui a A�tA� salvateur, ce sont les paroles des autres victimes de viol. Les sA�ances da��EMDRA�(NDLR : cette thA�rapie utilise le mouvement oculaire pour produire un sentiment de bien-A?tre vis-A�-vis da��un souvenir traumatisant)A�ma��ont sorti da��un A�tat suicidaire.

Pourquoi avoir intA�grA� le mouvement des Femen et la��avoir quittA� ?

Je suis devenue fA�ministe. Le rA�cit des femmes violentA�es ma��a permis de comprendre que mon vA�cu na��est pas un cas isolA�. Logiquement, agir sur le mode direct en brandissant un torse politique a fait sens et ja��ai effectuA� plusieurs actions de rA�sistance sur le mode A� Femen A�. Mais ja��agis de faA�on toujours rA�inventA�e. Le langage A� Femen A� est un mode opA�ratoire da��autodA�fense fA�ministe parmi des milliers da��autres. Je na��ai pas A� quittA� A� le combat de dignitA� des femmes, je ne le quitterai jamais, il est le seul qui me reste.

InA�leparisien.fr

PARTAGER