EXCLUSIF – Issad Rebrab nous dévoile son nouveau projet « révolutionnaire »

Cevital est sur le point de lancer une nouvelle technologie de purification de l’eau jusqu’à présent inédite, qui permettra d’obtenir l’eau « la plus pure du monde ». L’innovation de l’eau ultra-pure, comme elle est appelée, est le fruit de cinq années de recherches menées par une start-up allemande nommée EvCon, propriété de Cevital à hauteur de 80%.

Issad Rebrab, président du Groupe Cevital, sera du 11 au 15 juin à Frankfurt pour prendre part à la « Achema Fair », plus grande foire mondiale de l’innovation où il présentera la nouvelle technologie développée par son groupe.

Avant ce rendez-vous, il le fait en exclusivité pour TSA. Entretien.

En quoi consiste le projet que vous allez lancer ?

Le groupe Cevital possède quatre centres de recherche et développement en Algérie et de par le monde. L’un d’eux « EvCon » se trouve en Allemagne et a mis au point une technologie révolutionnaire dans le domaine de la production d’eau ultra pure, du dessalement d’eau de mer et du traitement des eaux industrielles.

Cette technologie s’applique à de nombreux secteurs industriels, comme le dessalement d’eau de mer, le traitement des eaux de l’industrie chimique et du gaz et du pétrole de schiste, l’industrie de l’agro-alimentaire, l’industrie des semi-conducteurs, et l’industrie pharmaceutique.

À propos d’industrie pharmaceutique, notre première station de production d’eau ultra pure d’injection est prête. Elle sera présentée officiellement en Allemagne à l’occasion de la foire Achema, plus grand rendez-vous mondial de l’innovation, qui se tiendra à Frankfort du 11 au 15 juin.

C’est donc une toute nouvelle technologie ?

Tout à fait. J’irai même plus loin. C’est une technologie unique en son genre dans le monde. Elle aura des impacts considérables sur l’humanité, menacée par un stress hydrique qui la guette dans les années à venir en raison du manque d’eau. Avec la technologie EvCon, nous apporterons des solutions à ce problème important qui nous concerne tous.

On sent une certaine fierté dans vos propos ?

Cet exploit est naturellement une source de fierté pour nous. Mais il l’est surtout pour l’Algérie. C’est la première fois qu’un pays africain développe et industrialise une technologie de ce niveau. Et ce pays est le nôtre !

Cette technologie a-t-elle été testée ?

Oui, elle a été testée par des géants mondiaux de l’industrie pharmaceutique ainsi que ceux du secteur du dessalement d’eau mer. Et leur verdict est sans appel : notre technologie est la meilleure au monde et l’eau qu’elle produit est la plus pure qui puisse exister sur le marché. Tout cela au meilleur coût et avec une efficacité énergétique sans égale, par rapport aux technologies existantes.

Comment vous est venue l’idée de vous lancer dans cette aventure ?

L’aventure a démarré il y a un peu plus de cinq ans avec « EvCon », une start-up basée en Allemagne. Elle a conçu cette technologie avec une toute petite équipe de sept personnes. Une fois les brevets mis au point, nous avons décidé de les industrialiser en Algérie. Nous avons commandé des équipements industriels pour réaliser dans un premier temps trois centres de production de membranes, éléments clé de notre technologie. Ces dernières seront intégrées dans des stations spéciales, qui produiront à leur tour de l’eau ultra pure que nous commercialiserons dans le monde entier.

Ces stations vont être construites en Algérie ?

En Algérie, nous produirons les membranes, le cœur des stations. Pour les stations elles-mêmes, nous les construirons en Algérie et un peu partout dans le monde. À chaque fois qu’il y aura un besoin quelque part, nous serons présents !

Il y a une telle demande pour les membranes dans le monde ?

Non seulement nous avons affaire au monde entier, mais aussi à plusieurs secteurs d’activité. Imaginez, pour ne citer que cet exemple, tout le potentiel que représente l’industrie pharmaceutique, dont l’existence même dépend de l’eau ultra pure d’injection.

L’industrie pharmaceutique est-elle appelée à être votre premier client ?

Pas nécessairement. Si nous raisonnons en terme de volume, c’est l’industrie de dessalement d’eau de mer qui arrive en premier, vu l’énorme quantité d’eau de mer que nos installations traiteront par jour. Ce volume sera moindre pour l’industrie pharmaceutique.

En revanche, le niveau de sophistication des stations conçues pour cette industrie est nettement plus élevé. Vous aurez d’ailleurs l’occasion de vous rendre compte de la qualité et du haut degré d’innovation de notre première station la semaine prochaine à la Foire Achema de Francfort.

Que va changer cette technologie pour l’Algérie ?

C’est la première fois que des membranes et des stations destinées au dessalement de l’eau de mer et aux autres industries seront fabriquées en Algérie.

Prenons l’exemple du dessalement d’eau de mer, aujourd’hui notre pays importe les membranes et les stations et paie leur gestion en devise. Notre projet permettra de répondre aux besoins du marché national, aidant ainsi l’État à économiser ses réserves de change.

Ces membranes seront également destinées aux marchés extérieurs et contribueront par la même au développement des exportations hors-hydrocarbures.

Qu’en est-il de l’emploi ?

Nos installations seront entièrement robotisées. Elles seront gérées par des ingénieurs et autres spécialistes que nous recruterons en Algérie, avec une formation de haut niveau assurée par nos équipes allemandes.

Avez-vous une estimation des montants qui seront générés par les exportations ?

Ce sont des centaines de millions d’euros la première année, et des milliards d’euros les années suivantes. La production des membranes se fera exclusivement en Algérie pour un marché mondial et illimité !

Considérez-vous ce projet comme étant votre plus grand accomplissement ?

Il est l’accomplissement d’un Groupe fondé sur la passion et la persévérance. Ce projet propulsera Cevital au firmament de l’industrie mondiale !

 

 

 

Source : ici

PARTAGER