Hôpital Psychiatrique de Sidi-Chahim d’Oran : Confirmation d’un cas de choléra

La cellule de crise, mise en place au lendemain de l’apparition de foyers infectieux de choléra dans le centre du pays, reste en alerte et a initié des contrôles des différents puits se trouvant sur le territoire de la wilaya d’Oran.

L’un des deux patients évacués mercredi du centre psychiatrique de Sidi-Chahmi vers le CHU d’Oran s’est avéré, après analyses, être porteur du vibrion cholérique. C’est ce que nous a confirmé une source médicale à l’ex-Garnison d’Oran. La même source était incapable de dire si le deuxième patient est aussi atteint, les prélèvements n’ayant rien révélé encore, précise-elle.

Les deux malades sont placés en quarantaine et mis sous stricte surveillance médicale au service anti-infectieux du centre hospitalo-universitaire d’Oran. Cependant, les signes de déshydratation et de diarrhée sont persistants chez eux et le risque de contamination reste omniprésent dans la wilaya d’Oran.

Selon des sources concernées, un dispositif de mise en quarantaine a été mis en place autour d’un service de l’hôpital psychiatrique de Sidi-Chahmi, suite à la visite du wali d’Oran et du directeur de la santé publique. Rappelons qu’une cellule de veille sanitaire, composée de médecins spécialistes en épidémiologie et en maladies infectieuses, avait été installée lors de la suspicion, auparavant, d’un cas de choléra chez une femme âgée de 26 ans présentant des symptômes de la maladie et toujours hospitalisée au service des maladies infectieuses du CHU d’Oran. Notons que cette dernière venait de rentrer à Oran d’une visite familiale qu’elle a effectuée dans la wilaya de Blida. Le cas de suspicion a été levé par le laboratoire de microbiologie du Chuo, confirmant les analyses négatives pour le choléra. Seule la présence de germes d’une gastroentérite a été confirmée. Ce résultat négatif a soulagé les proches de la malade à qui on avait demandé de rester cloîtrés chez eux, mais a surtout soulagé le personnel médical et les responsables locaux.

La cellule de crise, mise en place au lendemain de l’apparition de foyers infectieux de choléra dans le centre du pays, reste en alerte et a initié des contrôles des différents puits se trouvant sur le territoire de la wilaya d’Oran.

Du côté de la population d’Oran, la crainte et l’angoisse liées au choléra restent fortes et plusieurs personnes présentant des cas de vomissements sont aussitôt amenées, dans la panique, aux urgences.

Les pharmacies du centre-ville, face à la demande, ont vu leur stock de gel désinfectant nettement entamé, alors que des appels sur les réseaux sociaux pour organiser des opérations de nettoyage se multiplient. Le directeur de la santé et de la population de la wilaya Abdenasser Boudaâ a démenti toute information faisant état de l’existence d’un quelconque cas suspect de choléra à Oran. Sauf que depuis deux jours, le numéro de la DSP est aux abonnés absents.

 

Source : Cliquer ici

PARTAGER