JSK – MCA J-1 / Bouzidi allume le Classico ! : «Peu importe la manière, Il nous faut les 3 points face au Mouloudia»

«On n’est pas premier relégable,on a encore un match en retard à négocier ce mardi»

A l’issue de la séance d’entraînement d’hier matin, nous nous sommes entretenus avec l’entraîneur en chef, Youcef Bouzidi, lequel a repris du service après avoir chargé les adjoints de diriger la reprise de samedi soir. Bouzidi qui reste sur deux résultat positifs, une victoire et un match nul à l’extérieur, affirme que la JSK est toujours en course pour le maintien et qu’elle continuera à se battre pour atteindre cet objectif : «Nous avons repris le travail avec comme objectif la préparation du Classico. Pour nous, rien n’est plus important que cette rencontre qu’on jouera à domicile et qu’on doit gagner à tout prix. Je n’apprécie pas qu’on nous donne comme morts, le club est toujours vivant et nous nous battrons pour améliorer notre position».
«On n’est pas premier relégable,on a encore un match en retard à négocier ce mardi»
Après les résultats qui ont sanctionné la dernière journée de championnat, Bouzidi refuse qu’on donne la JSK comme premier relégable, à ce titre il précise : «Je n’ai pas apprécié certains écrits de presse où on a donné la JSK comme premier relégable. Les auteurs de ces écrits auraient dû ajouter une précision de taille, à savoir un match en moins. On a ce match à jouer face au MCA, mardi, et une victoire changera le classement».
«On reçoit deux fois, à nous de glaner les six points et monter au classement»
Se refusant de parler d’ores et déjà du Classico en coupe, Bouzidi se concentre uniquement sur les deux prochaines sorties en championnat, respectivement face au MCA et l’ESS : «Nous avons l’opportunité de recevoir deux fois de suite à Tizi. Ce mardi, le MCA, et samedi prochain, l’ESS. A mon avis, c’est l’occasion de glaner les six points et monter au classement».
Interrogé sur la particularité du Classico, lequel se jouera avec des objectifs diamétralement opposés pour les deux formations, Bouzidi affirme : «Pour moi, peu importe la manière, l’essentiel c’est de gagner les trois points. Aussi, j’espère que le public sera au rendez-vous, s’il y aura du spectacle aussi, ça sera mieux encore, sinon, tout ce que je souhaite c’est la victoire et le fair-play total entre l’ensemble des acteurs».
«Je ne m’intéresse pas à l’adversaire, je m’occupe de mon équipe»
Et à la question de savoir s’il n’appréhende pas beaucoup la réaction du MCA qui se lance désormais dans la course au titre, Bouzidi ajoute : «Honnêtement, je ne m’intéresse pas à la situation de l’adversaire beaucoup plus que je suis concentré sur mon équipe. Tout ce que je sais, c’est que ce mardi on doit à tout prix battre le MCA pour améliorer notre position au classement, le reste importe peu».
«Tous les clubs menacés ont su gérer leurs matchs,pourquoi pas nous ?»
Condamnés à gagner face au MCA, surtout que les autres clubs menacés ont réalisé de bons résultats lors de la précédente journée, Bouzidi a affirmé : «Tous les clubs menacés de relégation ont su gérer la précédente journée. Ils ont tous fait de bons résultats, il est donc obligatoire pour nous de faire de même chez nous».
«Je ne fais pas  attention à ce qui se dit»
A l’approche de la fin de saison, beaucoup d’observateurs appréhendent les jeux de coulisses et les arrangements de matchs. A notre question de savoir quel est son avis sur ce dossier, Bouzidi affirme : «Personnellement, je n’accorde pas d’attention à ce qui se dit. Pour moi c’est de la polémique stérile et le mieux c’est de travailler sur le terrain, préparer ses matchs et penser à les gagner».
«Le maintien, il ne faut compter que sur soi-même»
Et d’ajouter : «Quand on voit quelqu’un réaliser un bon résultat, on l’accuse d’avoir fait dans les coulisses, ce qui n’est pas bien du tout. En cette fin de saison, tous les matchs sont difficiles et pour assurer le maintien il ne faut compter que sur soi-même, travailler et préparer ses matchs avec abnégation et rigueur pour gagner des points, il ne faut surtout pas attendre des cadeaux».
«On ne doit pas attiser le feu, pour une fin de saison saine et sans incidents graves»
Et concernant la fin de saison qui s’annonce très chaude, notamment entre les clubs qui jouent pour la survie, l’entraîneur Bouzidi, en homme averti, a déclaré : «J’invite tous les responsables à la retenue. Il ne faut surtout pas verser dans les déclarations incendiaires. Il faut éviter d’attiser le feu et ce n’est qu’en se comportant de la manière la plus sage et la plus correcte qu’on évitera des dérapages qui seront lourds de conséquences».
«Je ne prépare mon équipe que pour le match du MCA, sans plus»
En réponse à la question de savoir quel est le discours fait aux joueurs en prévision des prochaines sorties, Bouzidi explique : «Pour moi, seul le match du MCA, ce mardi, compte. Je ne prépare mon équipe que pour ce rendez-vous et chaque match a sa propre préparation. Je ne parlerai de la coupe qu’une fois les deux matchs, du MCA et de l’ESS, joués».
«L’état d’esprit des joueurs est au beau fixe»
Revenant aux conditions de préparation du Classico, Bouzidi a souligné que le moral de ses joueurs est au beau fixe et que les entrainements se déroulent dans des conditions extraordinaires : «Nous restons sur un match nul à l’extérieur. On aurait pu prétendre à une victoire face à l’US Biskra si on avait réussi toutes nos occasions de but. L’état psychologique de mes joueurs est au beau fixe, j’espère qu’ils resteront concentrés sur le match de ce mardi et le remporter».
«Il reste 12 points à gagner à domicile, à commencer par le MCA»
Tout en restant très optimiste quant à assurer le maintien, l’entraîneur Bouzidi a toutefois souligné que son équipe n’a plus droit à l’erreur, notamment lors de ses sorties à domicile : «Mes joueurs sont concentrés pour tout le reste du championnat, pas seulement sur le Classico. Notre destin est entre nos mains et, pour rester en Ligue 1, il faut gagner nos matchs. Il nous reste 12 points à Tizi, il ne faut concéder aucun faux pas, à commencer par le prochain Classico».
 «Je n’ai aucun doute, les supporters seront au rendez-vous»
Le Classico de demain verra sans doute une affluence record des supporters. A ce propos, Bouzidi dira : «Je n’ai aucun doute que nos supporters seront nombreux. Ils l’ont prouvé en effectuant un déplacement en force à Biskra et ce mardi je suis convaincu qu’ils feront exploser le stade du 1er-Novembre. Avec leur soutien, les joueurs seront motivés et feront tout pour leur offrir une belle victoire laquelle soulagera nos maux et nous permettra d’aborder la suite en toute sérénité».
«Voilà ce que je voulais direen déclarant que chacun doit assumer ses responsabilités»
Profitant de son intervention d’hier, Bouzidi a clarifié certaines déclarations mal interprétées en précisant : «Après la qualification en coupe, j’avais déclaré que chacun doit assumer ses responsabilités. Je voulais dire qu’à la JSK chacun s’acquitte d’une tâche bien précise, du garde-matériel au président, en passant par moi-même l’entraîneur, on a une mission qu’on doit assurer et faire bien. Sauver la JSK est l’affaire de tous, particulièrement les joueurs qui doivent se donner à fond sur le terrain».
«Le courant passe bien entre moi et mes joueurs»
A propos de ses relations avec les joueurs, Bouzidi rassure : «Dans un club, c’est comme la vie au sein d’une famille, il faut vivre en communion et le respect doit être partagé entre tous les membres. J’ai décidé d’écarter Djerrar en coupe et Dieu merci le temps m’a donné raison, il était effectivement sous le coup d’une suspension. Benaldjia aussi que j’ai laissé sur le banc a respecté mes choix à Biskra, et quand il est rentré tout le monde a vu ce qu’il a fait sur le terrain. Je suis content que le courant passe bien entre moi et les joueurs, c’est comme ça qu’on sauvera la JSK du danger».
«Bouzidi n’est pas seulement celui qui crie sur le terrain, c’est aussi un père et un éducateur sur le terrain»
Et d’ajouter : «Bouzidi n’est pas seulement l’homme qui crie sur le terrain, c’est aussi un père et un éducateur. Je fais des reproches aux joueurs, je les critique dans le bon sens pour se perfectionner et non le contraire. J’ai beaucoup parlé avec mes joueurs, en groupe ou individuellement afin de les sensibiliser davantage sur l’obligation de travailler dur en cette fin de saison. En parallèle, je discute avec eux et je les conseille en tant que père et éducateur, c’est mon rôle de les protéger aussi».

In algerie360.com

PARTAGER