Le patronat et l’UGTA se solidarisent avec Ali Haddad

Les patrons et l’UGTA se disent «convaincus que seul le dialogue peut assurer et assurera encore et pour toujours, en Algérie, la paix et la stabilité sociale

Le patronat et l’UGTA se solidarisent avec Ali Haddad au nom de la sauvegarde du Pacte économique et Social. Et c’est dans un communiqué conjoint qu’ils l’ont exprimé à l’issue de la réunion tenue à huis clos, dès 11 heures, aujourd’hui à l’hôtel El Aurassi.

 « Les signataires du Pacte national économique et social de croissance, UGTA, FCE, CNPA, CIPA, CAP, UNI, CGP-BTPH, AGEA, expriment leur vive préoccupation après le traitement réservé au président du FCE, Monsieur Ali Haddad, le samedi 15 juillet 2017 à l’Institut supérieur de la Sécurité sociale», écrivent les soutiens du patron du FCE.

Les signataires de ce communiqué considèrent que le geste perpétré par Abdelmadjid Tebboune à l’égard du Président du FCE et néanmoins P-DG de l’ETRHB, premier groupe algérien  dans le domaine des travaux publics,  porte un grand préjudice, non pas seulement à la personne de Ali Haddad mais aussi au Pacte économique et social cosigné par le gouvernement, le patronat et les Travailleurs.

« La sagesse et la sérénité nous commandent de ne pas y voir, pour l’instant, un coup de canif au consensus douloureusement construit et qui porte, par le geste de Monsieur le Premier ministre, indéniablement préjudice à l’esprit et la lettre du Pacte national économique et social de croissance, moment fondamental de la consécration de la culture du dialogue social entre le gouvernement et ses partenaires sociaux », écrivent-ils.

Toutefois, tout en réagissant énergiquement au comportement du Premier Ministre auquel ils administrent, ce faisant, une cinglante « mise en garde », les patrons et l’UGTA se disent «convaincus que seul le dialogue peut assurer et assurera encore et pour toujours, en Algérie, la paix et la stabilité sociale ».

De plus, les patrons renouvellent sans nuances leur attachement et leur indéfectible fidélité au président de la République et à son programme.  «Nous restons déterminés à poursuivre le dialogue social, dans le respect mutuel au service du développement économique et social initié par le programme de Monsieur le président de la République », assurent-ils.

Source: Cliquer ici

PARTAGER