Le problème de L’Islam et L’Arabie Saoudite

Conflit Arabie saoudite Yémen.

Al-Noud, 4 ans : « Un avion a bombardé notre maison. Et tué mon père, ma mère, mon oncle Mohamed, mes frères Rhad et Lith » Depuis la guerre au Yémen, « nous, les enfants, on a changé »

https://www.dailymotion.com/video/x6e9o98

https://www.dailymotion.com/video/x6efezh

La guerre au Yémen est au départ un conflit tribal et confessionnel dans un pays jeune, formé en 1990. Le Yémen est le pays le plus pauvre du Moyen-Orient. Depuis mars 2015, il est bombardé par une coalition de pays emmenée par l’Arabie saoudite, l’un des plus riches.

Le conflit à forte dimension régionale a fait plus de 10 000 victimes, il touche principalement les civils qui sont au bord de la famine. Il a aussi conduit à la destruction de nombreuses routes, hôpitaux, écoles les civils sont les premiers à en souffrir.

Ces morts sont à 60 % imputables aux frappes de la coalition arabe menée par l’Arabie saoudite, qui bombarde des zones d’habitation pour atteindre des chefs rebelles. Le royaume saoudien veut notamment éviter que l’Iran ne parvienne à mettre en place un nouvel État allié, renforçant ainsi sa position stratégique dans la région.

De fait, le Yémen est donc devenu la victime de ces deux puissances qui revendiquent le leadership de leur courant de l’Islam respectif. Un champ de ruines dans lequel milices islamiques, seigneurs de guerre et trafiquants commencent peu à peu à prendre le dessus sur des structures étatiques en ruines – et où la population, comme en Syrie, est prise entre deux feux.

l’Arabie saoudite est une alliée de la plupart des grandes puissances internationales. L’armée américaine fournit la majorité des armes utilisées par le royaume saoudien dans cette guerre, sans parler des nombreux conseillers militaires américains présents sur place pour assurer une partie de la logistique des opérations – et fournir de précieux renseignements, récoltés par la CIA et la NSA.

En 2015, des contrats d’armement d’une valeur totale de 1,3 milliard de dollars (1,2 milliards d’euros) ont ainsi été conclus entre les deux pays. . En 2015 la France a exporté pour 141 millions d’euros d’armes vers l’Arabie saoudite bien que les suspicions de crime de guerre étaient déjà largement répandues et cerise sur le gâteau a offert la légion d’honneur au ministre de l’intérieur saoudien, Mohammed ben Nayef, pourtant à l’origine de l’offensive saoudienne sur le Yémen.

Lui qui avait dit d’Adolf Hitler qu’on « aurait dû davantage l’écouter ». États-Unis, Europe et Israël soutiennent les sunnites saoudiens, Russie et Chine pour les chiites iraniens. Les contrats d’armement passés avec l’Arabie saoudite et les autres pays du Golfe empêchent sans doute les États-Unis, le Royaume-Uni et la France de faire pression pour stopper une guerre inutile et meurtrière.

Ils sont même incapables de réellement critiquer les crimes commis contre les civils C’est La pire crise humanitaire au monde, les massacres et l’exil sont devenus normaux au Yémen où des souffrances qui ne seront pas oubliées pendant plusieurs générations, s’accumulent. 91 martyrs et blessés dans un nouveau massacre de la coalition arabo-US dans la capitale du Yémen Sana’a le 7 mai 2018.

D’après l’ONU, 17 millions de personnes ont besoin d’aide alimentaire. Sept millions de personnes risquent la famine.

Mes chers amis le but de mon article n’est pas de décrire la genèse de la guerre Arabie Saoudite-Yémen mais de dénoncer les moyens mirobolants que possède l’Arabie Saoudite pour bombarder des civils et réduire un pays en cendres.

Le Royaume a vu depuis la mi-2014 ses revenus pétroliers chuter lourdement avec la baisse des prix du baril . En effet, grand pays pétrolier, le pays fait face de plus en plus à la diminution des réserves. Dès lors, il semble urgent de se trouver un autre levier.

C’est pourquoi le pèlerinage constitue le deuxième flux de devises pour l’Arabie Saoudite après le pétrole.

Avec un déficit budgétaire de près de 100 milliards de dollars en 2015, lié à l’effondrement du prix du pétrole, l’Arabie saoudite cherche à tout prix à relancer sa croissance en diversifiant son économie. Alors que jusqu’à présent les revenus de pétrole représentaient 80% des recettes totales du pays, le Fonds monétaire international (FMI) a estimé que l’Arabie saoudite devait cesser de se reposer sur l’argent que l’or noir a longtemps fait couler à flot dans ses banques.

Dans un effort d’équilibre du budget, le gouvernement saoudien a déjà réduit plusieurs de ses dépenses, vendu des obligations d’Etat, et tapé dans ses réserves de change pour compenser l’impact négatif de la chute du prix du pétrole sur l’économie. Les réserves de l’Arabie saoudite ont chuté de 737 milliards de dollars en 2014 à 640 milliards de dollars.

Donc après l’or noir, c’est l’or blanc c’est-à-dire le hadj et la omra qui constituent la richesse du pays.

« Jusqu’à la découverte du pétrole, le Hadj était la première ressource de l’Arabie saoudite », rappelle pour sa part l’historien Luc Chantre, spécialiste du pèlerinage à l’époque coloniale. « Même avant l’avènement de l’Islam, la Mecque était une place marchande. C’était un lieu d’échange international où le religieux et le commerce ont toujours été liés ». Le pèlerinage vers la Mecque rapporte gros à l’économie saoudienne.

L’Arabie espère accueillir d’ici 2030, 06 millions de fidèles par an et 30 millions à la Omra. C’est aussi le grand saut vers le développement des potentialités touristiques dans ce pays du Golfe qui ne ménage à chaque saison de pèlerinage aucun effort pour mettre le paquet et investir des milliards de rials tant sur le plan sécuritaire que sur celui médical et infrastructurel.

« Il ne s’agit pas de n’importe lequel. La fin justifie les moyens. Autrement dit, investir gros pour rapporter mieux. Telle est la devise du royaume. « L’Arabie accueille le monde »: le slogan de l’édition 2017 du grand pèlerinage musulman à La Mecque résume l’ambition du royaume d’accélérer le développement du tourisme religieux qui rapporte des milliards de dollars, dans un contexte de chute des prix de l’or noir.

Le royaume accueille chaque année 36.000 pèlerins algériens, quota réservé à l’Algérie sachant que chacun d’eux doit apporter avec lui 2.500 rials, montant qu’il reçoit à l’embarquement à l’aéroport. C’est une sacrée manne qui va dans les caisses de l’Arabie saoudite.

Cela est valable pour les pèlerins des 168 nations qui ont accompli le Hadj 2017. Dans les centres commerciaux face à la Grande mosquée à La Mecque, les boutiques chic débordent d’articles des marques les plus prestigieuses, il y a toujours foule composée de visiteurs étrangers mais aussi de Séoudiens, les magasins ferment très tard leurs rideaux sont baissés seulement le temps de la prière et ils se lèvent aussitôt après.

Toutes les infrastructures répondent aux besoins des pèlerins que ce soit les transports, les centres médicaux, les magasins d’alimentation etc…

L’extension de la grande mosquée est une pure merveille d’architecture, de décoration, de dorures, de confort, le pouvoir saoudien fait tout pour que le pèlerinage et le tourisme religieux attirent le maximum de personnes et apparemment y réussit bien.

« Les dépenses des pèlerins (de l’étranger et de l’intérieur du royaume) se sont élevées s’élever en 2015 entre 20 et 25 milliards de rials (5,33 et 6,67 milliards de dollars) contre 14 milliards de rials (3,73 milliards de dollars) l’année précédente », a précisé le président de la Chambre de Commerce.

Chaque pèlerin débourse en moyenne plusieurs milliers de dollars, hors voyage, essentiellement dans le logement, la nourriture et l’achat de souvenirs et de cadeaux. La quâaba est entourée par des gratte-ciel, siège de plus grandes chaines hôtelières, le prix de la location est faramineux mais il est rare de trouver une chambre vide.

En 2017 le petit pèlerinage (El Omra) qui a eu lieu au mois de Ramadan a été un franc succès, selon un rapport des autorités saoudiennes. Plus de 6,7 millions de visas ont été délivrés contre 6,3 millions en 2016. Pour Riyad, l’augmentation des visas de la Omra est le résultat d’une vision de développement qui vise à professionnaliser les services du pèlerinage à l’horizon 2030 et donc alimenter encore plus les caisses du royaume.

Mes chers amis, en cette veille de ramadhan et c’est avec beaucoup d’hésitation que je me permets de vous demander de prendre conscience et de vous rendre compte où va votre argent du hadj ou de la omra.

Participer à l’agrandissement et à l’embellissement de Médine ou de la Mecque est un fait mais participer à l’achat d’armes meurtrières est un crime, c’est une complicité implicite pour tuer de pauvres civils yéménites sans défense.

Certes le musulman se sent piégé entre sa foi, les bienfaits spirituels qu’il pourrait retirer d’un pèlerinage et le fait de donner son argent à un État criminel saoudien qui au lieu de le redistribuer aux pauvres, préfère bombarder le Yémen»

Unique solution est :Il suffirait de boycotter le hadj ou la omra .

Oui chers amis Il suffirait de boycotter le hadj ou la Omra quelques années pour que le royaume saoudien se déleste de son arrogance et de son besoin d’hégémonie dans le Golfe. Peut être qu’en mettant ce pays en quarantaine les autorités saoudiennes comprendront que les Lieux Saints ne leur appartiennent pas et que l’argent rapporté par le pèlerinage doit servir des fins nobles et caritatives et non pas à s’enliser dans un conflit qui ne sert à rien.

Voila encore sous le regard aveugle et l oreille sourde et la bouche muette de l’état saoudien sans réaction …
Gaza : « Nous sommes face à des meurtres prémédités de la part d’Israël »
Plusieurs actes d’Israël « peuvent probablement s’apparenter à des crimes contre l humanité Israël : perpétuel criminel, perpétuel menteur
Le Mois sacre de Ramadan a nos portes, et voila ce qui se passe dans la terre sainte 52 civils morts! Par des criminel sioniste
Chers Amis Ce 14 Mai 2018 s’est passé un crime contre l’humanité s’est passé à Gaza sous les yeux du monde entier. 52 personnes se sont fait abattre en quelques minutes parce qu’elles ont défendu leur patrie avec des pierres, Aucune réaction de la part des Ibn Saoud.(Arabie Saoudite)

État d’Israël, État criminel
Le Conseil de Sécurité de l’ONU ne cesse de vote résolution « contraignante » pour Israël. et les condamner Ce n’est ni la première, ni la dernière et comme à chaque fois, les sionistes se joueront du texte dans une indifférence totale. Cette dernière résolution de fait s’attaque de nouveau aux droits démocratiques des Palestiniens. La colonisation continue par le biais des avant-postes, invention politique des sionistes pour expulser les Palestiniens de leur terre.

Le viol du droit international
« Quand les politiques français ou européens voir tout les occidentaux auront compris qu’Israël a des comportements d’Etat voyou, et criminel peut-être cela évitera-t-il que les voyous se manifestent partout. » Les porte-paroles et les apologues israéliens, en particulier en Amérique du Nord, en Europe où les Juifs sionistes contrôlent une grande partie des médias, proclament systématiquement qu’Israël n’a aucune obligation morale ou légale de nourrir ou de s’occuper de la nourriture des Gazans sous blocus.

C’est bien sûr un argument manifestement trompeur, parce qu’Israël est toujours « la puissance occupante » de la Bande de Gaza et l’armée israélienne contrôle toujours de façon étroite l’espace aérien, les eaux territoriales et tous les passages frontaliers de Gaza.

Israël contrôle également les déplacements de tous les individus et le flux des marchandises et des services entrant et sortant de Gaza. Raisons pour lesquelles Israël ne peut pas en même temps maintenir Gaza sous contrôle et désavouer sa responsabilité dans la catastrophe humaine et économique qui se développe dans le petit territoire.

Donc je reviens a la solution de boycottage D’EL hadj et Omra afin que votre argent sera utilise a des fins de paix de justice de fraternité et égalité sans discrimination sans violence , je termine par que cette partie du monde qui est la la kaaba la Mecque et les lieus saint est au nom de L’Islam et Nom pas la propriété d’un royaume voyou…….

L’Afrique du Sud rappelle son ambassadeur en Israël. Aucune capitale ARABE n’a réagie jusqu’à présent.
Qu’Allah nous pardonne.

Dr Ismail GUELLIL

PARTAGER