Tout porte à croire que Farid Ikken aurait succombé au message de Daech. Ses amis, ainsi que tous ceux qui l’ont connu n’en reviennent pas !

Selon France soir, avant de s’attaquer au policier à l’aide d’un marteau sur le parvis de Notre Dame, Farid Ikken avait crié cialisfrance24.com « pour la Syrie !», et, même, une vidéo d’allégeance à Daech aurait  été retrouvée après une perquisition du logement qu’il occupait dans une résidence étudiante de Cergy (Val d’Oise). Des vérifications sur son identité doivent encore être entreprises, mais, selon le titre de séjour retrouvé sur lui, il s’agit bel et bien de Farid Ikken, un natif d’Akbou dans la wilaya de Bejaia.

En Algérie, et spécialement à Akbou, les gens qui l’ont connu n’en reviennent pas. Ils pensent même qu’il peut y avoir erreur sur l’identité de cet assaillant qui a prit comme cible un policier en plein jour sur le parvis de Notre Dame à Paris. Pour eux, Farid Ikken n’avait rien en commun avec le profil de ce terroriste qui se trouve actuellement dans un hôpital parisien. Il était loin d’être ni un délinquant ni d’épouser ces thèses et ces idéaux islamistes et surtout de détester l’Occident. La preuve c’est qu’il n’était connu ni des services de renseignement ni de la justice pour des faits de droit commun, ni même pour une tendance à la radicalisation.

De même, selon son directeur de thèse de doctorat, Arnaud Mercier, professeur à Panthéon-Assas, qui s’est exprimé sur LCI, « Farid n’était même pas barbu, il ne respectait pas le ramadan ; le seul interdit qu’il observait était de ne pas boire de l’alcool ».  Au contraire, il était épris de liberté et de démocratie.

Mais, vivre seul en France dans  une situation de précarité l’avait-il fragilisé au point de l’influencer et succomber brusquement au message de haine véhiculé par Daech ? Six mois ont-ils suffit  à le transformer  radicalement pour qu’il change carrément de camp et devenir un dangereux djihadiste affilié à Daech ? Ou bien, a-t-il subi l’influence de recruteurs de cette organisation qui œuvrent dans l’ombre  lors de son passage en Suède ou en France actuellement ?

L. Anis

PARTAGER