Les idA�es approximatives da�� A� AlgA�rie patriotique A�

Le site A�A�AlgA�rie PatriotiqueA�A�, proche des anciens du dA�funt DRS (services secrets algA�riens) du gA�nA�ral Toufik, sa��en prend A� Mondafrique. Nous lui rA�pondons.

VOICI La��ARTICLE Da��ALGERIE PATRIOTIQUE

En dA�cidant da��intervenir militairement au Mali, la France avait remportA� une victoire facile et prA�visible contre des centaines de djihadistes qui avaient fait leurs emplettes dans le supermarchA� A� ciel ouvert qua��A�tait devenue la Libye. Son enlisement A�tait prA�dictible, dans la gA�ographie du Sahel oA? trafics en tous genres, dA�litement des Etats et poussA�e islamiste allaient vite renvoyer les envolA�es lyriques du prA�sident Hollande sur A�le plus beau jour de sa vieA� au principe de rA�alitA�. Le prA�sident franA�ais pensait avoir gagnA� sa guerre expresse contre le terrorisme et contribuA� A� faire aimer la prA�sence militaire de ses troupes dans le style A�mission accomplieA� des nA�oconservateurs amA�ricains.

Papa Hollande la��Africain au cirage noir pensait faire oublier Flamby, le PrA�sident qui na��avait jamais pu se glisser dans la��habit prA�sidentiel. Pour un temps seulement. La��armA�e franA�aise est de retour, clamait-il avec une classe politique unanime et nostalgique da��une puissance ancienne. Et de dA�rouler la mythologie du bon et du mauvais. Ce dernier, sans surprise A�tait rA�duit A� sa condition da��islamiste du Nord et de barbare allergique aux sirA?nes de la dA�mocratie.

Faites passer la niveleuse pour gommer toutes les aspA�ritA�s. Torses bombA�s et cocarde en avant.

Dans le mA?me temps, la��intervention militaire accouchait da��une prA�sence militaire franA�aise encore en place et da��une coalition militaire le G5, tout en remettant en selle des vieux partenaires de la FranA�afrique tels que Paul Biya du Cameroun et Idriss DA�by du Tchad, vieux, trA?s vieux chevaux qui font tourner le manA?ge de la dA�mocratie da��opA�rette depuis des lustres.

La menace au Sahel plus prA�gnante que jamais.

La��ami Beau lui, na��a qua��une obsessionA�: la��AlgA�rie ! Il ne sa��intA�resse au continent noir que pour fustiger la��AlgA�rie et lui prA?ter les plus noirs desseins. La��inventeur de la formule A�rA�volution de JasminA�, qua��il rA?vait de voir sa��A�tendre au Maghreb, fait mine de sa��en prendre A� la FranA�afrique en citant A� profusion la��universitaire Bertrand Badie, la��inventeur du concept de A�prA�carocratieA� que pour mettre dans sa ligne de mire la��AlgA�rie. Il parlera da��extrA?me indulgence de la communautA� internationale envers ce pays et prA�tendra se faire truchement da��une opposition ramassA�e dans les poubelles de la��histoire et la virtualitA� des rA�seaux sociaux. Le calcul, pour ces professionnels du dA�sordre, est simple. Un AlgA�rien connectA� est un AlgA�rien que la��on peut influencer A� travers le prisme particulier da��une information hiA�rarchisA�e et manipulA�e.

Il parlera de double jeu algA�rien, lui expert de la dissimulation, et prendra en exemple la rA�ticence algA�rienne A� rejoindre le G5. Il passera sous silence la doctrine militaire de ce pays A� ne jamais intervenir en dehors de ses frontiA?res. Il pense son discours dominant quand il na��est que babillage impuissant.

Sa cible, plus que jamais, reste la��appareil sA�curitaire qui permet A� Alger d a�?A?tre de facto puissance rA�gionale et en capacitA� de dA�fendre ses frontiA?res terrestres, aA�riennes et maritimes. Sans tutelle A�trangA?reA�!

En sa��attaquant A� la��A�pine dorsale du pays, il vise faux et mal, car si consensus il y a, il est autour de notre capacitA� sA�curitaire autonome et du cordon ombilical qui relie chaque AlgA�rien A� son ArmA�e nationale populaire.

Ce qui la��inquiA?te encore plus, en affidA� du Makhzen, ca��est que la lecture des A�vA�nements par la��AlgA�rie est partagA�e par les stratA?ges amA�ricains du Pentagone qui sa��inquiA?tent de la��apparition au Sahel da��un A�second AfghanistanA� et font de la��AlgA�rie un partenaire incontournable qui reste soucieux de son indA�pendance opA�rationnelle.

La dA�stabilisation de Sonatrach, sociA�tA� A�tatique faut-il le rappeler, devient dA?s lors un mantra pour ces ennemis de la��AlgA�rie. Lui crA�er des problA?mes A� la��interne pour la��empA?cher de sa��employer sur les gisements du bassin de Touadeni (A� cheval entre la Mauritanie, la��AlgA�rie et le Mali) et crA�er une zone da��instabilitA� relA?vent du plan de dA�stabilisation. La��instabilitA� chronique dans la rA�gion remet en question le tracA� des pipelines et une politique nA�ocoloniale, visant A� privilA�gier les sociA�tA�s A�trangA?res, neutralise la profondeur stratA�gique de Sonatrach et ses projets de forage et de dA�veloppement.

La��autre arme de dA�stabilisation est la drogue. Et le Maroc tient un rA?le pivot dans les malheurs de la rA�gion. Avec 9 milliards da��euros de chiffre da��affaires et 11% de son PIB, il reste le principal fournisseur de haschisch et le financier occulte des groupes terroristes.

Sous le vernis de la modernitA�, les rA�seaux sociaux recyclent la��attelage hA�tA�roclite qui sa��en prend A� la��AlgA�rie, et ca��est pour cela que la��interactivitA� doit A?tre de notre cA?tA� pour mener une vraie guerre prA�ventive et dA�masquer tous les Beau de ce monde.

A Beau mentir qui vient de loinA�!

LA REPONSE DE NICOLAS BEAU, DIRECTEUR DE MONDAFRIQUE

Nous passerons sur la��anonymat de la��auteur de la��article da��AlgA�rie Patriotique qui ne grandit pas le dA�bat public et nous ne rA�pondrons pas aux jeux de mots calamiteux sur les noms de famille -A�A�la��abominable BeauA�A�, A�A�A beau mentirA�A�-. Ca��est lA� en effet les vieilles recette des sbires de la��ancien DRS, que nous avons subi voici une vingtaine da��annA�es lorsque le regrettA� Mohamed Meguedem, rA�cemment dA�cA�dA�, la��homme des basses oeuvres des services durant les annA�es noires, faisait les mA?me jeux de mot douteux sur mon nom de famille.

Plus sA�rieusement, il est surprenant qua�� A�A�AlgA�rie PatriotiqueA�A� sa��en prenne A� Mondafrique A� propos de la politique franA�aise au Sahel et notamment au Mali, alors que nous avons toujours dA�fendu exactement les mA?mes positions que le site algA�rien. Dans un livre intitulA� A�A�Papa Hollande au MaliA�A�, publiA� en 2013 peu aprA?s la��opA�ration A�A�ServalA�A�, ja��expliquais, comme le fait justement la��auteur de la��article, tout le mal qua��il fallait penser de la��intervention militaire franA�aise et plus gA�nA�ralement de la diplomatie de la France dans la sous rA�gion.

Dans cet ouvrage comme dans les articles de Mondafrique, nous avons toujours expliquA� le rA?le central que jouait la��AlgA�rie a Sahel, y compris avant A�A�le printemps arabeA�A�. Contraiement A� ce que pensaient FranA�ois Hollande et Laurent Fabius, la paix dans cette rA�gion ne peut A?tre obtenue que dans une concertation A�troite de la France avec le pouvoir algA�rien. Les mots mA?me qua��emploieA� la��auteur de la��article A�voquant A�A�Papa Hollande au MaliA�A� auraient pu figurer dans mon livre.

Autant donc de procA?s da��intention qui na��ont aucune raison da��A?tre

Da��autre part, A�A�MondafriqueA�A� ne sa��en est jamais pris A� la��institution militaire algA�rienne, colonne vertA�brale du pays et sans laquelle aucune processus de succession na��est envisageable A� Alger aprA?s le dA�part programmA� da��un prA�sident Bouteflika malade et affaibli. Nous avons A� de multiples reprises expliquA� le role stabilisateur que jouait la��armA�e face au pouvoir da��oligarques soucieux avant tout de sa��enrichir au dA�triment du pays et qui ont bA�nA�ficiA� de toutes sortes de privilA?ges sous le rA?gne du prA�sident Bouteflika et de son frA?re Said.

Enfin le rA?le des trafics, notamment la��acheminement de la drogue que produit effectivement le Maroc, dans le financement de certains groupes terroristes est une A�vidence que Mondafrique na��a jamais contestA�e. Simplement ce na��est pas la��unique raison de la��aggravation du djihadisme dans toute la rA�gion.

Traiter la��adversaire da�� A�A�affidA� du MahkzenA�A� et da��agent du Maroc est A� Alger une figure rhA�torique frA�quente quoique un peu usA�e, mais bien mal venue face A� un journaliste qui a A�crit A�A�Quand le Maroc sera islamisteA�A�, un livre oA? ja��essayais de mettre en A�vidence un certain nombre de blocages du systA?me marocain, notamment sur le plan social et sur le terrain de la corruption.

Nicolas Beau, directeur de Mondafrique

PARTAGER