samedi, février 24, 2018

LES MÉDECINS ALERTENT SUR LES DANGERS DES MARIAGES CONSANGUINS

Les mariages consanguins (au sein d’une même famille) sont très nombreux en Algérie : la moyenne de consanguinité est de 38,30% au niveau national et varie selon les régions du pays, selon une étude de 2007. Bir El-Ater (Tébessa) vient en tête du classement avec un taux de 88% de cas de consanguinité, alors que le taux le plus faible est enregistré à Oran avec seulement 18,5%. La capitale occupe un taux important, même s’il reste en dessous de la moyenne nationale (29,5%).

Les mariages consanguins peuvent avoir de lourdes conséquences médicales pour les enfants et de nombreuses études alertent sur les risques importants pour les enfants, notamment le risque très élevé d’anomalies congénitales à la naissance, comme le bec de lièvre, les cardiopathies et les trisomies. Les maladies génétiques sont par ailleurs plus fréquentes lors des mariages consanguins, notamment les cardiopathies, hydrocéphalies et myopathies de Duchenne, hémophilie et surdité.

Le mariage consanguin est un mariage entre deux individus ayant au moins un ancêtre commun. Les mariages consanguins sont particulièrement fréquents dans l’ensemble du monde arabe, comme le montre la preuve ci-dessous :Résultat de recherche d'images pour

source : lire l’article

PARTAGER