Mon pays bien aimé

Mon pays bien aimé, mon Algérie tu es dans mon cœur, tu le resteras à tout jamais. Dieu t’a doté de toutes les merveilles, la beauté de la mer, la multitude de reliefs, des chaînes montagneuses, de vastes plaines, des hauts plateaux et l’immense Sahara.

Tu coules dans mes veines toi qui a enfanté tant de valeureux hommes et femmes ; je me souviens combien de fois j’ai été ému aux larmes lorsque j’entendais notre « Quassaman » au début des compétitions sportives où lorsque notre beau drapeau était hissé par nos champions comme Hassiba Benmelka, Morsli et autres…

Nous avons souffert avec toi lorsque tu as subi les séismes, les inondations, les violences, une décennie de terrorisme sanglant.

Nous avons perdu des êtres chers, des voisins, des biens, mais nous n’avons pas perdu l’espoir de te voir renaître comme en juillet 1962.

Maintenant tout semble s’y difficile, presque impossible à cause de prédateurs au pouvoir qui ont pris les rênes avec l’aide de puissantes forces occultes, ils ont profité des fruits de tes entrailles pour assurer le confort matériel à leur descendance pendant plusieurs générations, ignorant le peuple qui n’a rien vu ni reçu de tes richesses.

Le 5 Octobre 1988 a fait plus de 500 morts, il a marqué la naissance de l’espoir démocratique, du multipartisme, de la presse indépendante et des libertés individuelles. Mais prés de 30 ans après ces événements tragiques, tu es encore malade mon beau pays.

Tu es malade du népotisme, du pillage et de la corruption. L’espoir démocratique n’existe presque plus puisque à chaque vote APC, APW ou élections présidentielles on parle de fraude et de dépassements.

Tes partis politiques sont atones car noyés dans des assemblées élues de façon arbitraire. Tes jeunes censés être ta force vive s’enfuient, ils t’abandonnent souvent au péril de leur vie à cause du mal-être qui leur est imposé par les hypocrites opportunistes qui te saignent à leur profit.

Mais je suis sûr que tu t’en sortiras encore une fois mon cher pays car nous sommes issus d’une grande révolution qui a combattu une des plus fortes nations au monde. Nous avons une histoire riche qui nous a laissé des valeurs que nous devons honorer, nous sommes les descendants de Massinissa, Jugurta, l’émir Abdelkader, Ben M’hidi, Boudiaf et les autres tout aussi prestigieux.

Mon Algérie, ta lumière, ta beauté, tes valeurs finiront par triompher, le vent de la justice balayera les rapaces malfaiteurs, tous ceux qui ont trahi Novembre 1954 car il te reste encore beaucoup d’enfants qui te portent un amour incommensurable.

https://www.youtube.com/watch?v=1CEvoHbS4RU

Dr Ismail GUELLIL

PARTAGER