Nommé nouveau Premier ministre/ Qui est Abdelmadjid Tebboune?

Le président Bouteflika a nommé, ce mercredi, Abdelmadjid Tebboune au poste de Premier ministre. Il est chargé de former et conduire le nouveau gouvernement qui aura la lourde tache de sortir le pays de la crise dans laquelle il est plongé depuis la chute des prix du pétrole.  Qui est Abdelmadjide Tebboune ? Et comment a-t-il gravi les échelons jusqu’à détrôner Abdelmalek Sellal, connu pour être un fidèle parmi les fidèles du président Bouteflika.  

Âgé de 72 ans, le nouveau Premier ministre est considéré comme un proche du chef de l’État qui l’avait nommé ministre de la Communication et de la Culture en 1999. Après dix ans de traversée du désert, Abdelmadjid Tebboune a été rappelé par la Présidence et nommé ministre de l’Habitat entre 2012 et 2017. Sa nomination au poste de Premier ministre fait suite à la démission du gouvernement, attendue après les élections législatives.

L’homme est né à Mécheria en 1945. Après avoir obtenu son diplômé de l’École Nationale d’Administration en 1969, il a occupé plusieurs postes de responsabilité.

Nommé wali à quatre reprises, M. Tebboune e intégré le gouvernement, pour la première fois, à l’ère de Sid Ahmed Ghozali en 1991, où il a passé un an, avant de partir en retraite anticipée. En 1999, il a été rappelé par le président Bouteflika et a été nommé au poste de ministre de la Communication et de la Culture dans le gouvernement Benbitour. Un portefeuille qu’il n’a conservé que six mois avant d’être rappelé, une seconde fois, au poste de ministre délégué chargé des Collectivités locales.

Il a chapeauté, entre 2001 et 2002, le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme au sein du Gouvernement Benflis II, avant d’être rappelé une nouvelle fois en 2012, pour diriger le même département au sein du gouvernement Sellal.

Le 19 janvier 2017, après la maladie puis la mort de Bakhti Belaïb, il est nommé ministre du Commerce par intérim.

Hormis la gestion au petit bonheur la chance du secteur de l’Habitat, qui lui a d’ailleurs valu le sobriquet de « ministre des promesses non tenues », il a fait un bref passage à la tête du ministère du Commerce marqué par un grand cafouillage, notamment en ce qui concerne les licences d’importation.

M. Tebboune a été éclaboussé par le scandale Khalifa. Accusé d’avoir ordonné le placement des fonds massifs des Offices de promotion et de gestion immobilière (OPGI) dans les agences de la banque en question, il avait dit au juge que lesdits placements ont commencé en 1999, avant sa nomination à la tête du département, et se sont poursuivis après son départ, en juin 2002. Il a toujours nié toute implication dans cette affaire.

source : lire l’article

PARTAGER