Quand Trump dA�rape en mimant l’attaque du Bataclan A� Paris

Le deuxiA?me amendement ne sera pas modifiA� sous la��A?re Trump, ca��est dA�sormais certain. PrA?s de trois mois aprA?s le massacre de Parkland, la lA�gislation sur le contrA?le des armes patine. La��obstacle est de taillea��: le puissant lobby NRA soutenu par Donald Trump garde un large contrA?le sur la situation. MalgrA� la��A�vA�nement national baptisA� A� March for Our Lives A� en mars dernier, le prA�sident amA�ricain na��engage pas de mesure pour rA�ellement limiter la��armement personnel.

Pire mA?me, il l’a rendu lA�gitime vendredi soir, lors d’une convention de la NRA, en prenant pour exemple les attentats du 13 novembre 2015 A� Paris. A� Les A� terroristes [a��] ont pris leur temps et les ont tuA�s un par un. Boum, viens lA�a��; boum, viens lA�a��; boum, viens lA� A�, a racontA� le prA�sident, en faisant avec la main le geste da��un jihadiste tirant au pistolet sur les victimes. A� Mais si un employA�, ou juste un client avait eu une arme, ou si la��un de vous dans la��assistance avait A�tA� lA� avec une arme pointA�e dans la direction opposA�e, les terroristes auraient fui ou se seraient fait tirer dessus, et A�a aurait A�tA� une toute autre histoire A�, a affirmA� le prA�sident dont la campagne prA�sidentielle a A�tA� en partie financA�e par la NRA.

Ce subtil mA�pris pour la��alliA� franA�ais na��a pas laissA� Corentin Sellin, professeur agrA�gA� da��histoire et spA�cialiste de la politique amA�ricaine, indiffA�rent.

« Profanation de la mA�moire des victimes »

ContactA� par La DA�pA?che, il na��hA�site pas A� parler de « profanation de la mA�moire des victimes. Ca��est quand mA?me trA?s A�tonnant de voir quelqua��un sa��emparer da��un traumatisme nationala�� Donald Trump critique la faiblesse de la France par rapport au terrorisme et utilise cela dans son plaidoyer pour protA�ger le port da��arme. A� MA?me si plusieurs personnalitA�s comme FranA�ois Hollande ou Anne Hidalgo se sont A�levA�es hier contre ces propos, la��historien tient A� rappeler que le prA�sident amA�ricain na��a jamais eu de respect pour ses alliA�s. A� Il ne faut pas prendre A�a pour la France en particulier. A� Deux visions de ce qua��est un alliA� En 1987, le magnat de la��immobilier faisait paraA�tre un texte dans le New York Times oA? il qualifiait le Japon da��alliA� qui coA�te cher. A� Il y a une incomprA�hension entre Emmanuel Macron qui est attachA� aux symboles et Donald Trump beaucoup plus pragmatique A�, explique Corentin Sellin avant da��ajouter: A� Pour le prA�sident amA�ricain, na��est alliA� que celui qui apporte quelque chose en plus, ca��est une logique utilitaire et A�conomique A�. Selon lui, les prA�sidents franA�ais et amA�ricain na��ont pas la mA?me conception de la��alliA� politique. A� Dans la stratA�gie de Macron, il y a cette volontA� da��A?tre la��alliA� privilA�giA� numA�ro 1, alors que chez Trump cette notion est parfaitement inexistante. A�

Le gouvernement rA�agit

Toutes vos infos en illimitA� et sans publicitA� A� partir d’1a��/mois
La France a fait part de sa « ferme dA�sapprobation » samedi soir et en appelA� au « respect de la mA�moire des victimes » aprA?s que le prA�sident amA�ricain Donald Trump a utilisA� les attentats de 2015 A� Paris pour dA�fendre le droit de porter une arme. « La France exprime sa ferme dA�sapprobation des propos du prA�sident Trump au sujet des attentats du 13 novembre 2015 A� Paris et demande le respect de la mA�moire des victimes », a dA�clarA� la porte-parole du ministA?re des Affaires A�trangA?res, AgnA?s von der MA?hll, dans un communiquA�.

Hollande et Valls indignA�s

L’ancien prA�sident FranA�ois Hollande et son Premier ministre Manuel Valls ont vivement dA�noncA� samedi les propos de Donald Trump. « Les propos honteux et les simagrA�es obscA?nes de Donald Trump en disent long sur ce qu’il pense de la France et de ses valeurs », a estimA� FranA�ois Hollande dans un communiquA�. « L’amitiA� entre nos deux peuples ne sera pas entachA�e par l’irrespect et l’outrance. Toutes mes pensA�es vont aux victimes du 13-Novembre », a-t-il ajoutA�.

« IndA�cent et incompA�tent. Que dire de plus? », a tweetA� Manuel Valls en accompagnement d’une dA�pA?che sur les propos de Donald Trump.

« Indignation et dA�goA�t aprA?s les propos de Donald Trump sur les attentats du 13-Novembre. SolidaritA� avec les victimes et les FranA�ais choquA�s. La transgression, c’est l’irrespect », a aussi estimA� l’ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve, ministre de l’IntA�rieur au moment des attentats de 2015, A�galement sur Twitter.

La FA�dA�ration nationale des victimes d’attentats et d’accidents collectifs (Fenvac) a dA�noncA� dans un tweet des propos « d’une violence inouA?e » pour les victimes et appelA� la diplomatie franA�aise A� « rA�agir ».

Ancien vice-prA�sident de l’association de victimes 13onze15, Emmanuel Domenach a interpellA� Donald Trump sur Twitter en l’invitant en anglais A� « aller se faire foutre (avec une arme s’il le souhaite) ».

InA�ladepeche.fr

PARTAGER