Saint-Sylvestre : 2 policiers passA�s A� tabac dans le Val-de-Marne

La Saint-Sylvestre a basculA� dans la violence dimanche A� Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne): deux policiers intervenant pour rA�tablir l’ordre en marge d’une soirA�e de rA�veillon ont A�tA� rouA�s de coups, lors d’une agression filmA�e et vivement condamnA�e par Emmanuel Macron.

Les faits se sont dA�roulA�s peu avant minuit, A� proximitA� d’une salle oA? se tenait une soirA�e privA�e.

La police a A�tA� appelA�e alors que « 300 A� 400 personnes » voulaient pA�nA�trer dans l’enceinte « qui n’A�tait pas dimensionnA�e pour (les) accueillir », a expliquA� le directeur territorial de la sA�curitA� publique du val-de-Marne, Jean-Yves Oses.

Sous la pression de la foule, « la porte de la salle est tombA�e et les personnes sont entrA�es A� l’intA�rieur en nombre important », avant d’A?tre A�vacuA�es par la police. « Un groupe d’individus particuliA?rement virulent s’en est pris aux policiers qui ont dA� faire usage de moyens lacrymogA?nes », a-t-il racontA� A� BFMTV.

AprA?s un mouvement de foule, deux policiers de ChenneviA?res-sur-Marne participant A� l’intervention, « un capitaine et une gardienne de la paix, se sont retrouvA�s isolA�s », a indiquA� une source proche du dossier. Ils ont A�tA� pris A� partie et « rouA�s de coups » par un groupe de personnes.

Des vidA�os filmA�es par des personnes se prA�sentant comme tA�moins de la scA?ne, devenues virales sur les rA�seaux sociaux, montrent une foule d’individus qui se prA�cipitent sur un vA�hicule retournA�. On voit ensuite plusieurs personnes tapant dessus A� coups de barres, ainsi qu’une femme en uniforme, A� terre, encerclA�e, qui reA�oit des coups de pieds.

Les individus « fracturent le nez d’un des policiers » et assA?nent « des coups violents A� la policiA?re, qui souffre de commotions au visage », a indiquA� une source policiA?re. Le capitaine et la gardienne de la paix se sont respectivement vu prescrire dix et sept jours d’incapacitA� totale de travail (ITT).

Plusieurs vA�hicules, dont deux vA�hicules des pompiers et de la sA�curitA� civile, ont A�tA� dA�gradA�s. Deux personnes ont A�tA� interpellA�es et placA�es en garde A� vue en lien avec ces dA�gradations, mais les personnes responsables de l’agression n’ont pas encore A�tA� apprA�hendA�es.

– « Lynchage lA?che » –

L’agression a A�tA� condamnA�e par Emmanuel Macron qui a promis dans un tweet que les « coupables du lynchage lA?che et criminel des policiers » seraient « retrouvA�s et punis ». « Honneur A� la police et soutien total A� tous les agents bassement agressA�s », a A�crit le chef de l’Etat.

En visite au commissariat de Champigny-sur-Marne dans la soirA�e, le ministre de l’IntA�rieur GA�rard Collomb a indiquA� s’A?tre entretenu par tA�lA�phone avec les policiers aprA?s cette agression « totalement dA�plorable » et « inadmissible ». « Nous identifierons celles et ceux qui sont coupables », a-t-il assurA�.

Dans l’ensemble de la France, les festivitA�s de la Saint-Sylvestre se sont globalement « bien passA�es », avec « trA?s peu d’incidents » A� dA�plorer, a toutefois soulignA� le ministre.

L’agression de Champigny a suscitA� une vive indignation. Le syndicat policier Alliance a une nouvelle fois demandA� le « retour des peines planchers », abrogA�es en 2014, pour les agresseurs de policiers.

La prA�sidente du Front national, Marine Le Pen, a rA�itA�rA� sa demande d’une rA�forme de la lA�gitime dA�fense des forces de l’ordre: « Ces scA?nes d’une rare violence viennent rappeler que perdure et s’amplifie dans notre pays, A� cA?tA� de la menace terroriste, une insA�curitA� confinant parfois A� la guA�rilla urbaine ».

L’ex-Premier ministre Manuel Valls a condamnA� une « violence insupportable contre nos forces de l’ordre ». « Il ne faut rien laisser passer. La justice doit suivre », a-t-il tweetA�.

En octobre 2016, la violente agression de deux policiers, griA?vement blessA�s par des cocktails Molotov dans leurs voitures A� Viry-ChA?tillon (Essonne), avait dA�clenchA� un mouvement de fronde inA�dit. Bravant leur devoir de rA�serve, les policiers avaient dA�filA� durant plusieurs semaines pour exprimer leur « malaise » face A� la « haine anti-flics », et dA�noncer le manque de moyens.

Selon l’Observatoire national de la dA�linquance et des rA�ponses pA�nales (ONDRP), 5.767 policiers ont A�tA� blessA�s « en mission » en 2016, un chiffre en augmentation notamment concernant les victimes d’agression par armes.

grd-sl-sva-mdh/blb/cam

AFP

PARTAGER