Saisie de 1,3 milliard de dinars de marchandises non facturées en décembre

La valeur des marchandises non facturées exposées à la vente à travers les différents marchés et locaux commerciaux de la wilaya d’Alger a dépassé 1,3 milliard de dinars en décembre dernier, rapporte le site officiel de la direction du commerce de la wilaya d’Alger.

Le bilan fait état de la saisie de 1,3 milliard de dinars de marchandises non facturées exposées à la vente à travers les différents marchés et magasins de la capitale.

Le montant des marchandises saisies lors de la même période a dépassé les 6 millions de dinars, tandis que celui des infractions relatives au non-respect des prix règlementaires dépasse 1,7 million de dinars, a précisé la même source. Les agents de contrôle ont procédé, durant le dernier mois de l’année 2017, à 18 975 interventions, qui se sont soldées par l’enregistrement de 2722 infractions au niveau des différents espaces commerciaux, selon le même bilan. 207  magasins ont été proposés à la fermeture, dont 186 pour pratiques commerciales illicites, et le reste dans le cadre de la répression de la fraude en rapport avec le danger alimentaire et la sécurité des produits.

A l’issue de ces opérations de contrôle, 2135 procès-verbaux ont été dressés, dont 926 relatifs au non-affichage des prix pratiqués, 509 à l’état des produits et marchandises exposés à la vente, pouvant constituer un réel danger pour la santé du consommateur, 533 pour pratique illicite de l’activité commerciale et 47 autres pour des dépassements relatifs au non-respect des prix et tarifs réglementés, a conclu le même bilan. Les chiffres que le bilan de la direction du commerce donnent sont loin de contenir toutes les infractions. L’exemple qui illustre cet état de fait est certainement celui des sanctions prises contre la pratique illicite de l’activité commerciale. Seules 533 personnes ont été sanctionnées. Alors que l’étendue du commerce informel dans la capitale est plus important.

Aucune commune n’échappe à ce constat. Pratiquement, tous les espaces attenants aux marchés dits «de proximité» sont envahis par les marchands informels et autres commerçants qui exercent en dehors du circuit commercial légal. S’agissant des produits et marchandises exposés à la vente et qui peuvent constituer un danger pour la santé du consommateur, 509 cas ont été relevés, alors que la réalité sur le terrain est toute autre.

Tous les commerces de produits alimentaires exposent des produits tels que le pain, l’eau minérale, ou encore le lait, sur les trottoirs. Le nombre de 509 cas relevé par les services de la direction du commerce est loin de représenter toute la réalité. Afin de relever la majorité des infractions, il est impératif de renforcer le travail de contrôle, qui nécessite, à vrai dire, plus de personnel et plus de moyens. L’anarchie qui prévaut actuellement dans le domaine du commerce est devenue endémique. Elle s’est enracinée et est devenue la règle.

 

Source: Cliquer ici

PARTAGER