Tempête : 237 000 foyers sans électricité dans la moitié nord de la France

La dernière alerte rouge a été levée, mais onze départements restent en vigilance orange vendredi matin pour neige-verglas.

Une « forte tempête hivernale » a commencé à souffler, dans la soirée de jeudi 12 janvier, sur la moitié nord de la France. Plus de 237 000 foyers étaient privés d’électricité à 7 heures vendredi en raison des vents violents, qui ont causé plus de 4 452 interventions, et près de 6 000 pompiers étaient mobilisés, a indiqué le ministre de l’intérieur, Bruno Le Roux.

Le ministre a appelé à la « prudence absolue » dans les onze départements du quart nord-ouest du pays placés en vigilance orange pour neige-verglas. Une petite cinquantaine de personnes ont été blessés légèrement, a ajouté le ministre, qui visitait vendredi matin le Centre opérationnel de gestion interministérielle des crises (Cogic).

La Picardie et la Normandie essentiellement touchées

A 5 h 30, les coupures d’électricité touchaient essentiellement 70 000 foyers en Picardie, 65 000 en Normandie, 17 000 dans le Nord-Pas-de-Calais, 13 000 dans la région Centre, 12 000 en Champagne-Ardennes et 9 700 en Lorraine, a précisé Enedis, le gestionnaire du réseau d’électricité. Quelque 1 200 techniciens et entreprises partenaires sont sur le terrain pour travailler au rétablissement de la situation, mais « la progression des interventions est rendue difficile par les conditions météorologiques encore instables », note Enedis.

« On s’attendait à cette augmentation compte tenu des conditions météo annoncées », selon Enedis qui précise que « les effectifs vont être doublés ce matin sur le terrain » et que « des groupes électrogènes seront acheminés pour la réalimentation d’urgence des zones les plus touchées ».

A l’ouest, en Bretagne, plusieurs milliers de foyers avaient ainsi déjà retrouvé lumière et chauffage, puisqu’en début de soirée ils étaient encore plus de 13 000 à manquer de courant, contre 5 000 à 22 heures.

La vigilance rouge levée

L’alerte rouge et orange pour vent violent a été levée, selon le bulletin de Météo-France, publié à 6 heures. En revanche, onze départements sont toujours en vigilance orange pour neige-verglas : Aisne, Calvados, Eure, Manche, Mayenne, Nord, Orne, Pas-de-Calais, Sarthe, Seine-Maritime et Somme. La fin de l’événement est prévue vendredi à 10 heures.

Lire aussi :   Viticulteurs et maraîchers, les plus touchés par les intempéries

« De fréquentes averses de neige sont observées actuellement de la Normandie au nord des Pays-de-la-Loire et au Bassin parisien avec des températures proches de zéro degré. Il ne neige plus sur le nord du pays », précise Météo France. « Les chutes de neige vont se poursuivre sur les départements en vigilance orange neige, sans doute moins sur ceux au nord. On attend le plus souvent 2 à 5 cm, voire localement un peu plus près des frontières », selon les prévisionnistes.

On a observé au cours de la nuit des vents à 146 km/h à Dieppe, 134 km/h à Méaulte dans la Somme et à Cerisy dans la Manche, 133 km/h à Caen.

Trafic interrompu

La circulation des trains sur les axes Rouen-Le Havre et Rouen-Dieppe a été interrompue à partir de 20 heures jeudi, selon un porte-parole de la SNCF. « On ne veut pas prendre le risque d’avoir un train qui tombe en panne en pleine tempête », a-t-il expliqué.

Le trafic ferroviaire était également interrompu jeudi soir entre Paris et la Picardie à la suite de chutes d’arbres sur la voie dans l’Oise, placée en vigilance rouge pour vent violent, a-t-on appris auprès de la préfecture et de la SNCF. « Nous avons stoppé le trafic depuis 20 h 30 au départ de gare du Nord en direction de la Picardie », pour « éviter d’avoir des naufragés du rail », selon un porte-parole de la SNCF.

Actuellement, « il y a des personnes bloquées en gare, mais pas dans des trains », a ajouté cette source, précisant que le trafic ne serait pas rétabli dans la soirée.

Dans le nord de la France, les cours ont été suspendus vendredi dans les écoles, collèges et lycées de l’Aisne et de la Somme, où un accueil sera toutefois assuré. Les transports scolaires ont été annulés dans les Ardennes, l’Aisne, la Somme, le Nord et le Pas-de-Calais.

Par ailleurs, le trafic à l’aéroport de Beauvais-Tillé a été suspendu et les vols sont redirigés vers l’aéroport de Lille Lesquin. « Les 600 passagers restés à quai à l’aéroport sont pris en charge par la protection civile et par la délégation militaire départementale en vue d’un hébergement », a précisé la préfecture.

En Seine-Maritime, les pompiers sont intervenus plus de 450 fois, principalement pour des chutes d’arbres, des toitures envolées et des ruptures de câbles, a affirmé la préfecture qui précise que 30 000 foyers connaissent des difficultés d’approvisionnement en électricité sur le département.

 

 

 

Source : Cliquer ici

PARTAGER