Une angélique jeune Kabyle de 24 ans vient de quitter la vie près de l’Ange-Gardien à Gatineau (Canada)

C’est dans l’Ange-Gardien, une municipalité canadienne située dans la région administrative de l’Outaouais, à environ 30 km d’Ottawa, que Amina-Sara Belahbib, perd la vie suite à un accident de voiture sur l’autoroute 50 vers 2h15 du matin. Elle revenait en compagnie de son frère Khaled, 4 ans plus âgé, et leur mère alors qu’ils venaient d’assister au mariage de sa copine à Laval du côté de Montréal.

Le conducteur de la voiture qui a percuté celle que conduisait le frère de Amina-Sara, était un jeune homme de 25 ans. La police attend toujours les résultats des tests de toxicologie pour compléter son enquête sur l’accident, a dit le porte-parole de la sureté de Québec, M. Marc Tessier. La police croit que l’alcool était un facteur dans l’accident.

Amina-Sara,assise à l’arrière de la voiture, a été éjectée du véhicule lors de l’impact. Elle a été déclarée morte une fois transportée dans un hôpital local. Son frère Khaled a subi des blessures légères contrairement à leur mère, qui reste toujours à l’hôpital. Toutefois sa vie n’est pas en danger.

C’est en 2001, une année que les Kabyles n’oublieront jamais, que les parents de Amina-Sara ont décidé d’immigrer au Canada en laissant leur terre natale la Kabylie, plus particulièrement Tazmalt de la vallée du Sahel qui abrite toutes les plaines du massif du Djurdjura.

Le père Mourad Belahbib et sa femme, comme toutes les familles kabyles, ont investi beaucoup d’efforts pour donner une éducation exemplaire kabyle à leurs 5 beaux et charmants enfants mais aussi leur inculquer les valeurs kabyles, et en premier lieu la langue ancestrale.

C’est ainsi que Amina-Sara, joint Taqbaylit qu’elle parle couramment à la réussite instructive puisqu’elle avait récemment terminé un baccalauréat en développement international à l’Université d’Ottawa. Culturellement parlant dès son arrivée la famille Belahbib s’est intégrée au sein de l’association ACAOH. Faut-il signaler que le père Mourad Belahbib a pendant plusieurs années été membre du conseil administrative (CA) de cette dynamique association, ou le village kabyle d’Ottawa-Gatineau, ACAOH pour paraphraser Dr. Youcef Allioui.

Je revois encore entre mes yeux les sourires angéliques de Amina-Sara les quelques années où je la croisais à l’occasion de Yennayer ou Tafsut Imazighen que célèbre chaque année l’ACAOH. Surtout durant les années où elle s’est portée volontaire pour nous servir le repas de Yennayer.

Interrogé sur la procédure funéraire, le lieu ainsi que la date de l’enterrement, le père Mourad Belahbib nous a dit que ce dernier risque de durer aussi longtemps que l’enquête policière n’a pas encore aboutie. En ce moment, les deux familles Belahbib et la belle-famille de Amina-Sara sont en concertation pour finaliser la procédure funéraire, le lieu et la date de l’enterrement. Nous vous tiendrons au courant en temps opportun.

Pour finir, je vous laisse avec ces phrases de notre amie Huriya Lwali, membre ACAOH :

« Triste journée d’exil, triste sort. Maudite bêtise humaine. Quand on ne mesure pas ces gestes ils peuvent porter malheurs même aux autres. Si seulement les conséquences de l’inconscience n’affectaient que les acteurs.

Reposes en paix Amina tu mérites mieux que ça, ta mort nous a laissée bouche-bée. Fasse Dieu que le paradis te sois ouvert, et la famille traverse cette pénible et épreuve amère dans la dignité. Tu vas me manquer beaucoup”.

En effet, tu vas nous manquer énormément notre chère Amina-Sara, fauchée à la vie si jeune suite à la bêtise humaine. Reposes en paix.

Iɣsan-im di rreḥma.

Sgunfu deg talwit.

Ad yazen ṣber i twacult Belahbib

lematindz

PARTAGER