Vers le déblocage des projets de Rebrab et création de 100.000 emplois à Béjaia ?

Le Groupe Cevital tente de débloquer un projet d’usine de trituration de graines oléagineuses, qui promet de créer quelque 100 000 emplois.

 

Le Conseil national de l’investissement (CNI), présidé par le Premier ministre Ahmed Ouyahia, a retiré de la liste négative 21 créneaux, dont justement l’activité « d’extraction d’huiles d’origine végétale (trituration des graines oléagineuses) ; huiles végétales brutes ». Selon notre source, cette activité est déclarée « déficitaire » par 25 walis, mais pas celui de Béjaia, où le Groupe Cevital tente de débloquer un projet d’usine de trituration de graines oléagineuses, qui promet de créer quelque 100 000 emplois.

Les ministres des Finances et de l’Industrie ont été ainsi instruits de procéder, par arrêté conjoint, au retrait de 21 créneaux de la « liste négative ». Cet arrêté devra être promulgué avant le 15 décembre 2018, mais l’ANDI est d’ores et déjà invitée à réceptionner et à traiter les dossiers relatifs aux activités retirées de la liste, dont la trituration des graines oléagineuses.

L’on ne sait pas encore si cette disposition, décidée alors qu’Abdeslam Bouchouareb était ministre de l’Industrie, serait à l’origine du blocage du projet de Cevital (590 jours), mais l’on sait du moins que ce blocage a commencé le 23 mars 2017, soit quelques jours seulement après l’entrée en vigueur de la « liste négative ».

Par ailleurs, le fait de reconnaître un déficit dans cette filière et de la rendre éligible aux avantages octroyés par l’Etat pourrait, toutefois, être interprété tel un aveu des autorités de l’importance du projet de Cevital. D’autant plus que le Décret Exécutif n° 17-101 stipule, dans son Article 9, que « les projets d’investissements présentant un intérêt particulier pour l’économie nationale […] ne sont pas concernés par les exclusions ».

PARTAGER