Vers l’interdiction d’une conférence de Chakib Khelil à Khenchela

L’annonce d’une conférence-débat de Chakib Khelil dans la wilaya de Khenchela a provoqué la colère d’un bon nombre de citoyens. Sur les réseaux sociaux, nombreux sont ceux qui ont exprimé leur opposition à la venue dans cette ville de l’ancien ministre de l’Energie, dont le nom a été longtemps associé aux scandales de corruption à Sonatrach.

Ce vent de révolte provoqué par l’annonce de cette conférence a été relayé par certains médias arabophones qui évoquent des risques de débordement. Cela, même si le lieu où devrait se tenir cette conférence-débat n’a pas été révélé pour, visiblement, des raisons de sécurité.

D’ailleurs, toutes les conférences qu’anime Chakib Khelil depuis son retour en Algérie – après l’annulation par la justice du mandat d’arrêt international contre lui et des membres de sa famille – ne sont pas annoncées officiellement, ni à travers sa page Facebook ni sur son site internet.

Selon les échos qui nous sont parvenus de cette wilaya, les autorités sembleraient avoir décidé d’annuler cette conférence afin d’éviter d’éventuels dérapages. Surtout que les principaux opposants à la venue de Chakib Khelil dans cette wilaya sont des jeunes qui ont même déclaré leur détermination à «œuvrer par tous les moyens» pour empêcher la tenue de cette conférence.

Ce vent de révolte à Khenchela en dit long sur l’impopularité de Chakib Khelil qui, malgré d’énormes efforts de communication, n’arrive toujours pas à redorer son blason, fortement entaché par les scandales de malversations à Sonatrach, mais aussi par l’état lamentable dans lequel cet ancien ministre de l’Energie a laissé le secteur. Il est à souligner que depuis son retour en Algérie en 2015, dans le sillage de la restructuration des services de renseignement, Chakib Khelil sillonne les différentes villes du pays où il se fait inviter par des organisations et associations pour des conférences à caractère politico-économiques. Auparavant, l’ancien homme de confiance de Bouteflika avait fait une vaste tournée à travers les zaouïas du pays pour se refaire une virginité.

Très actif sur les réseaux sociaux, Chakib Khelil intervient également dans les médias nationaux et internationaux, encensant l’action du gouvernement et la critiquant parfois. Se disant «toujours prêt à servir» le pays, Chakib Khelil s’adonne à un activisme qui est interprété par certains observateurs comme une volonté d’aller, le moment venu, à la conquête du siège présidentiel en 2019. Pour d’autres, son impopularité et les affaires dans lesquelles il a été éclaboussé rendent son ambition difficile à réaliser dans une conjoncture fortement marquée par une crise financière durable.

In algeriepatriotique.com

PARTAGER