Vidéo. Altercation à cause de l’usage de la langue berbère : ce qui s’est réellement passé au parlement

Cette scène continue de susciter une énorme controverse en Algérie. Lors de la première séance plénière du nouveau parlement algérien, un député du RCD, Mohand Arezki Hamdous, élu de la wilaya de Tizi-Ouzou, s’exprime en kabyle.

Malheureusement, il  a été rapidement interrompu par une députée du Front de libération nationale (FLN), Bounadja Kheira, qui a refusé d’écouter son discours car il était prononcé en Tamazight. “Nous ne comprenons rien à ce que vous dites ! Parlez en arabe”, s’est écriée. Les députés du RCD s’insurgent et réagissent en contre-attaquant. Une violente altercation et le Président de l’APN, Saïd Bouhadja, était contraint d’intervenir pour calmer les esprits.

A la fin de la séance, au micro d’Echorouk TV, Naima Salhi, présidente du Parti de l’équité et de la proclamation, a estimé qu’il ne faut pas en vouloir aux députés qui ne comprennent pas encore la langue berbère. “Elle a été, certes, officialisée dans notre constitution. Mais c’est pour les générations futures qui vont la maîtriser mieux que nous. Il n’est pas scandaleux de traduire en arabe ce que le député du RCD a dit pour que tout le monde puisse comprendre et réagir”, a-t-elle dit.

Sur les réseaux sociaux, la polémique se poursuit et des internautes ont lancé une pétition et une campagne de mobilisation pour exiger des excuses publiques à Bounadja Kheira.

                         Cliquez ici pour voir la vidéo 

In algeriepart.com

PARTAGER