Election présidentielle : Benflis veut donner du temps au temps avant de décider

Il a annoncé le retrait des formulaires de parrainage des citoyens, ses militants sont en train de collecter les signatures, mais pour participer au rendez-vous du 18 avril prochain, Ali Benflis a décidé de ne pas encore décider, because « l’opacité » des conditions qui entourent cette élection.

En recevant dimanche M. John O’Rourke, Chef de la délégation de l’Union Européenne en Algérie, à sa demande, le 3 Février courant, au siège national du Parti Talaie El Hourriyet, Ali Benflis a expliqué à son interlocuteur « qu’il y avait encore beaucoup d’opacité autour des conditions de la tenue de ces élections pour que l’on puisse se prononcer, aujourd’hui, sur ce rendez-vous important qui peut ouvrir la voie à une solution de la crise comme il peut aggraver cette crise et plonger notre pays dans l’inconnu ».

Le Président de TalaieEl Hourriet a profité de cette rencontre avec le représentant de l’UE pour lui présenter les grandes lignes de son programme politique qui se décline en trois articulations.

Il s’agit de « la refonte et la modernisation du système politique pour sortir de l’archaïsme et de l’autoritarisme actuels » ; « la rénovation économique pour rompre avec l’économie de rente » ; « une profonde réforme sociale répondant aux impératifs du progrès , de la cohésion et de la justice sociales ».

Abordant « la situation d’impasse politique, de crise économique et financière aiguë et le contexte social difficile » que traverse le pays Ali Benflis a exposé à son interlocuteur la vision du Parti Talaie EL Hourriyet pour une sortie de crise durable.

Celle-ci , a-t-il développé passe par « un dialogue politique inclusif pour une sortie de crise », « le règlement de la question de la légitimité, qui est à l’ origine de l’impasse politique, par la tenue d’élections libres et régulières » et enfin « le rassemblement des Algériens, de la classe politique et des forces vives autour d’un projet fédérateur de construction graduelle d’un Etat de droit et d’un régime démocratique ».

 

Source : ici

PARTAGER